Et si, Vertu, c’est toi que j’écoutais?
J’entends ta voix, mais j’ai toujours le choix
De te suivre, ô ma sœur
Ou de me détourner de ton appel.

Tu sais, c’est comme si mon âme
Se rendait à chaque fois plus palpable
À chaque fois que je te suis.

À force, il y en a assez de tenter le diable
Lui qui ne sait rendre les choses
Qu’éphémèrement agréables,
Au prix d’amertume et de mensonges.

J’ai fait mon temps des choix orgueilleux et égoïstes
À chercher le plaisir des sens et de l’esprit
Et bien que sans nul doute il en subsiste
Maintenant, mes désirs ne sont plus les mêmes.

Je ne peux plus ignorer la voix omniprésente
Qui me dit que ce que vraiment je recherche,
C’est le bien de tous les êtres.

C’est que les humains guérissent
Des illusions qui les détraquent
Qui nous détraquent
Lorsqu’on se croit seul face au monde.

Nous sommes le Monde
La vie est en nous
En chacun agit la Magie divine
Et chacun se retrouve face au choix
De ce que l’on devient…

Je crois bien que mes pas m’amènent vers toi, ô Vertu
Si tu le veux bien nous cheminerons ensemble,
Je tomberai certainement sur des pièges, mais grâce à toi, à dame Foi et à maître Amour nous les dépasserons.

Nous pourrons mettre nos prières en musique
Pour que la Création danse, chante, en Amour en Paix et en Joie
Autour de l’Éternel!
.

#être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *